10 conseils pour créer une vidéo de qualité

09/04/2020

Vidéo corporate, film d’entreprise, motion design, animation 3D, reportage, interview, tutoriel, e-learning, le format vidéo est en train d’écraser tous les autres et pour une raison très simple : il est le substitut d’une présence humaine et donc génère de l’adhésion, de l’empathie, de l’engagement, de l’émotion. Mais créer une vidéo n’est pas sans risque : mal produite, elle peut desservir votre image et ne pas transmettre le bon message. De plus, dans le volume impressionnant de vidéos qui sont créées chaque jour, mettre vos efforts sur la qualité est le meilleur moyen d’être écouté et entendu.

Alors si vous ne deviez retenir que dix conseils simples et directement applicables à tous ceux qui veulent (faire) réaliser une vidéo de qualité, voici une liste issue d’une longue expérience de la création audio-visuelle. Et si la révolution vidéo des entreprises vous passionne, n’hésitez pas à lire notre série de 5 articles qui commence ici >>

Conseil n°1 – Pas plus d’un sujet par vidéo

Vouloir tout dire dans une seule et même vidéo est un piège classique. Notre conseil est de condenser le sujet et de ne pas multiplier les thématiques au cours d’un même film. Si vous présentez votre entreprise en espérant, au cours de la même vidéo, séduire de potentiels acheteurs de votre produit et recruter de futurs talents, vous faites fausse route. Divisez le contenu en deux et optez pour une « vidéo produit » et une « vidéo de recrutement », puis ciblez vos audiences.

Pour le dire simplement, il est préférable de produire 3 vidéos sur 3 sujets bien identifiés plutôt que de tout insérer dans une seule vidéo en espérant qu’elle soit « courte et dynamique ». Ce qui nous amène à la thématique suivante : existe-t-il une durée idéale pour une vidéo ?

Conseil n°2 – Définir la durée idéale de la vidéo

Commençons par une anecdote. Un soir de bouclage, un journaliste du quotidien L’Equipe avait envoyé une copie trop longue ; le relecteur l’avait appelé en urgence et s’était entendu rétorquer : « désolé mec, mais je n’ai pas eu le temps de faire court ».

Ce que révèle cette anecdote, c’est que faire court est en soi un exercice difficile et il en est de même en vidéo : il est plus difficile de faire une vidéo efficace d’une minute qu’une vidéo de 3 minutes. Mais au-delà ce ce constat, existe-t-il une durée idéale pour un film ou une vidéo ?

Sincèrement non et il existe plusieurs éléments de réponse. Le critère le plus pertinent est le suivant : le public est-il captif ou libre de « zapper » ? Imaginons un salarié qui entre en entreprise et qui doit se former aux procédures via un outil vidéo. Quelle que soit la durée de la vidéo, il sera dans une logique d’apprentissage vitale pour son avenir dans l’entreprise et il doit acquérir ces savoirs sur son temps de travail. Il est donc « captif » et la durée, finalement, importe peu. En revanche, si celui qui regarde la vidéo est libre de continuer ou de passer à un autre contenu, la durée devient un élément déterminant.

Mais à bien y réfléchir, le vrai critère est le suivant : la vidéo est-elle « chiante » ou « intéressante » ? Souvenez-vous des vidéos GoPro : elles n’étaient jamais assez longues et la beauté d’une image succédait à la magie d’une autre. On ne s’en lassait jamais… Alors qu’une vidéo mal tournée, mal cadrée, mal montée et ne présentant aucun intérêt visuel ou informatif, aurait été zappée au bout de 30 secondes.

Le diktat de la vidéo de 1 minute 30 nous semble donc inadapté car tout dépend des objectifs et du public de la vidéo. Certes, on le sait, un format court aura plus de chances d’être vu entièrement, c’est mathématique. Mais le critère de l’intérêt est tout aussi pertinent. Voici un exemple de vidéo courte et captivante :

Un dernier critère, est celui de la présence d’un « speaker ». Une vidéo peut très bien fonctionner avec des mots clé intégrés sur de belles images avec une interview ou avec une voix off.

Donc, oui, un format court peut vraiment donner sa pleine mesure mais pensez, avant tout, à la valeur du contenu (qu’elle soit esthétique ou éditoriale) et posez-vous la question du format : un tutoriel ne peut pas être court, pas plus qu’une interview construite. Une minute trente peut être perçue comme une durée idéale mais ce ne doit pas devenir un dogme.

Point technique : un volume de 160 mots correspond, à l’oral, à une minute. Et en 160 mots, on dit finalement peu de choses. Si vous souhaitez une vidéo courte, un travail de préparation sera nécessaire.

Conseil n°3 – Travailler avec un script ou un scénario

Publius Sirius, rhéteur romain, le professait déjà : « le temps de la réflexion est une économie de temps » ; à quoi nous ajouterons « et un supplément de qualité ». En vidéo, tout se joue au stade de la conception. Il faut imaginer votre vidéo comme un film publicitaire ou un court-métrage. Tout doit être anticipé et le script ou scénario est une étape.

Imaginez qu’une cinéaste arrive sur le plateau sans savoir quelles scènes il va tourner et des acteurs à qui on n’aurait pas fourni de texte à apprendre. Ça s’appelle de l’improvisation et ça peut être très drôle s’il n’y a pas d’enjeu. Mais dans le cadre d’une vidéo Corporate ou d’un film d’entreprise, c’est l’échec assuré.

Notre conseil : rédigez un script qui va vous aider à structurer votre vidéo et à en déterminer les grandes lignes. N’hésitez pas à entrer dans le détail en essayant de donner une durée à chaque partie. Pour les interviews et témoignages, gardez en tête la règle des « 160 mots par minute », ce qui va vous éclairer sur la durée finale de la vidéo. Tout doit être détaillé et précisé dans le moindre détail pour que le jour du tournage, vous ne soyez que dans l’exécution.

L’un des travers des pays latins réside dans cette croyance que l’improvisation et la créativité peuvent pallier le travail de conception. Il ne suffit pas de connaître son sujet pour être captivant sur une vidéo. Ce qu’il faut éviter à tout prix ? Les vidéos « tunnel » où rien ne vient soutenir le message et où la personne parle sans pause. Utilisez le silence dans vos interviews, ces courts instants sans parole qui permettent de créer une tension et de susciter un regain d’écoute.

Conseil n°4 – Ne pas réciter son texte

La pensée précède la parole. Ce thème est l’un des grands sujets de la philosophie et pose comme postulat que tout discours doit commencer par la structuration d’une pensée utilisant le langage et les mots.

En vidéo, l’exercice est très difficile car le réflexe naturel est d’apprendre son discours par cœur. C’est en réalité la pire des solutions, sauf à être un acteur confirmé. Que se passe-t-il dans ce cas ? Tout simplement, on inverse le cycle naturel « pensée – parole ». En récitant, on se concentre sur les mots à prononcer et on se met dans une logique « parole – pensée » : c’est comme si on voulait faire un 100 mètres en 11 secondes tout en courant en marche arrière…

Notre conseil est soit de recourir à un prompteur, soit de préparer des idées sous forme de bullet points que vous allez développer par séquences. Ces dernières seront ensuite assemblées au cours de la phase de montage. Il faut juste être capable de développer une idée à la fois, si besoin en faisant des pauses (et des coupes au tournage).

Dans tous les cas, pensez à synthétiser vos idées, préparez vos interventions et répétez les avant d’entamer la phase de tournage.

Conseil n°5 – Varier les axes de caméra et les valeurs de plan

La vidéo répond à des codes établis par les cinéastes. L’apparition du smartphone a ajouté des formats axés sur le digital (carré / vertical) et il faut aussi se les accaparer. Mais, dans le cadre d’une vidéo Corporate, le format 16/9 est recommandé. Cela va permettre de tripler les valeurs de plan, multiplier les axes de caméras et utiliser les ressources du cinéma pour réaliser un film esthétisant qui va capter votre audience.

Pour voir une application concrète de différentes valeurs de plan >> cliquez ici

Conseil n°6 – Choisir le bon matériel vidéo (adapté au budget)

Ah le matériel ! Le BIG sujet… On va être francs, depuis que l’Iphone 11 Pro est sorti, vous êtes des millions à avoir l’une des caméras les plus puissantes du marché qui, dans quasi toutes les situations, fait le job aussi bien que des caméras professionnelles (à condition de savoir s’en servir comme un pro !). Donc, pour vos interviews et si vous souhaitez produire vos propres images, un combo « smartphone – micro-cravate filaire » peut être le meilleur kit de tournage vidéo : pratique, simple, efficace et donnant des images parfois incroyables, pour peu que le sujet s’y prête.

Selon le budget alloué au projet et les objectifs qualitatifs visés, le choix de la caméra sera essentiel car il a un impact direct sur la qualité des images produites et sur leur capacité à être « étalonnées », c’est-à-dire traitées au niveau de la colorimétrie en post-production. La gamme Sony offre un parfait équilibre entre qualité et coûts. Elle couvre 90% des besoins. Pour de la pub ou un gros film Corporate, on peut se permettre de travailler avec une RED, une Alexa ou une Black Magic, mais le coût de location sera nettement supérieur et la post production plus longue à cause de l’étalonnage obligatoire.

Mais au-delà de la caméra, qui a, certes, un impact énorme sur la qualité des images, il faut aussi s’équiper du matériel indispensable pour la stabilité, le son et la lumière. La stabilité des images se travaille avec un pied professionnel, ou un stabilisateur, ou encore un Ronin, voire une steadicam (la solution la plus onéreuse, réservée aux pubs et films à gros budget). Ces outils permettent d’avoir une image fixe impeccable ou une image en mouvement nette et fluide.

Pour le son, la perche ou le micro-cravate sont deux options fréquemment utilisées. Le micro cravate est la solution la plus évidente mais il se voit à l’écran. Enfin, une caméra pro ne pourra rien faire si la lumière est trop faible, si le visage n’est pas parfaitement éclairé, si la lumière naturelle ne suffit pas. Selon le lieu (intérieur ou extérieur / hauteur de plafond / recul), la lumière devra être choisie avec soin pour éclairer parfaitement la scène.

Bref, une multitude de solutions s’offre à vous et c’est pour cela qu’il faut recourir à un pro ou faire vos tests vous-mêmes… N’hésitez pas à recourir à une agence vidéo si vous débutez ou si vous souhaitez un résultat 0 défaut.

Conseil n°7 – Opter pour un habillage graphique en Motion Design

After Effects est l’un des logiciels qui permet de créer tout type d’animation en Motion Design et qui facilite l’intégration d’habillage graphique de qualité.

Si vous êtes une entreprise, dotez-vous d’une charte graphique vidéo complémentaire de votre charte graphique print pour décliner votre identité et devenir identifiable en un clin d’œil.

Une fois votre vidéo montée, étalonnée et mixée, on obtient une vidéo professionnelle en optant pour un habillage graphique en motion design : introduction / titre / nom et fonction de l’interlocuteur / mots-clés / chapitres/ chiffres-clé. Cet habillage graphique (ou video editing) donnera un aspect fini à votre vidéo.

Conseil n°8 – Ajouter des plans d’illustration, même issus de stocks d’images

Solution idéale pour dynamiser et illustrer une vidéo, les banques d’images sont des ressources indispensables pour tout créateur de contenu vidéo. Il est préférable que 100% des plans soient spécifiques à votre entreprise ou à votre activité, mais le recours à des rushs achetés offre trois avantages :

  1. Leur qualité – tournés en 4K avec du matériel pro, ils sont souvent d’une qualité parfaite et illustrent un sujet, un propos, en proposant des images qu’il serait difficile de tourner par soi-même.
  2. Leur prix – un rush coûte en moyenne entre 60€ et 150€, selon la plateforme qui le publie (450€ pour certaines plateformes qui traitent de l’actualité). Mais on peut donc accéder à des visuels parfaits pour quelques dizaines d’euros.
  3. Leur pertinence – en ayant une habitude de recherche, on peut trouver le rush idéal, surtout pour les tutoriels et les vidéos de formation.

Devinette : dans cette vidéo, 6 rushs sont issus d’une banque d’images, les avez-vous identifiés ? >> cliquez ici

Quant à cette vidéo réalisée pour SIKA, elle est composée à 100% de visuels libres de droits

Conseil n°9 – Soigner la musique et le sound design de votre vidéo d’entreprise

Mais choisir une bonne musique ne suffit pas, il faut ensuite travailler l’ambiance sonore, ce qu’on appelle an anglais le « sound design ». Voici une petite démo de ce que le sound design peut apporter à une vidéo >> cliquez ici

Et un film publicitaire où le sound design sublime la beauté des images ; à moins que ce ne soit l’inverse…

Pour la musique, il est devenu rare que les agences optent pour la création d’un bande son originale, réservée à des projets à gros budgets comme les publicités et la création d’une identité sonore de marque. La pratique la plus courante est de s’abonner à des librairies musicales qui offrent une grande variété de styles et d’ambiances.

Conseil n°10 – Trouver le bon prestataire vidéo

Comme pour le matériel, le budget et l’objectif sont deux bons indicateurs. Il existe de différents types d’agences plus ou moins expérimentées, dont certaines spécialisées dans la vidéo et d’autres ayant une activité de communication plus générale.

Votre moteur de recherche favori vous donnera accès à des dizaines de prestataires potentiels, mais vous pouvez obtenir un devis en ligne en cliquant ici.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !

contact@voxmedia.fr – 06 61 61 22 49


Liens utiles :

Voir un exemple de vidéo produit

Voir un exemple de vidéo recrutement

Voir un exemple de vidéo courte

Voici une vidéo qui va vous expliquer les principes de valeurs de plan

Voici quelques images tournées avec l’iPhone 11 Pro

Exemple d’habillage graphique efficace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus de nouvelles

Comment faire une vidéo explicative percutante ?

Ces dernières années le motion design s’impose comme le support à la pointe de la communication visuelle. Univers crée de toutes pièces selon vos besoins, il donne vie à votre univers graphique et touchera efficacement vos clients potentiels. Cette courte vidéo se révèle percutante et attractive pour expliquer un concept, une idée ou pour présenter […]

POM ou banane ? La réponse en vidéo…

L’un des clients de notre agence vidéo a créé un blog historique pour raconter les origines de son produit. Le client ? UGPBAN, l’Union des Groupements de Producteurs de Bananes de Guadeloupe et Martinique, qui rassemble l’ensemble des producteurs des deux fleurons des Antilles françaises. Malgré la mécanisation, la culture de la banane a peu […]

Comment créer une vidéo food qui cartonne ?

La recette du succès Dans la vidéo « food », il n’y a pas de limite, pas de code. Du sucré au salé, chacun peut montrer ce qu’il aime manger et cuisiner, il en existe pour tous les goûts. Une touche de créativité et le tour est joué ! L’offre a tendance à se segmenter : le 100% […]